08

INTERVIEWS

Champagne Deutz - Interview de Fabrice Rosset - PDG

Entre Champagne et musique. Deutz est une Maison qui travaille ses assemblages comme des gammes de musique. D'où ses liens avec celle-ci, et ses cuvées qui font l'unanimité des connaisseurs. Fabrice Rosset, PDG de la Maison, livre à Champ’market les secrets de ses partitions.

Champ’market : Deutz  est un nom qui résonne comme une partition musicale, quelle est son histoire ?

Fabrice Rosset : Deutz est une Maison solidement ancrée dans le paysage champenois depuis 1838. Son actionnariat a changé, mais elle est restée familiale et s’est toujours consacrée de façon obsessionnelle à la pérennité du style. Nous ne raisonnons ni en points de marché, ni en ascension volumétrique, mais en termes de personnalité et d'originalité.

Quelles sont vos valeurs ? 

Nous sommes très proches de la terre, de la vigne et du raisin. Ce qui fait que chacun de nos vins allie une élégance et une finesse, à une vraie présence en bouche. Cela est vrai pour notre cuvée brut classique, nos millésimes, et, bien sûr, pour nos trois cuvées de prestige, William Deutz, son interprétation  rosé, William Deutz Rosé, et notre Amour de Deutz. Chacune a cette expression stylistique qui nous est particulière, entre classicisme et naturel. Elle prend tout son sens à la dégustation. Nos vins ont une présence en bouche très flatteuse, très harmonieuse. Ils ont du corps au palais, se déroulent comme un ruban onctueux à la belle tenue, et ne sont jamais ni trop féminins, ni trop masculins. Ce qui fait que dans les dégustations, ils sont toujours classés dans le top 3 ou le top 5, et bénéficient d'une vraie reconnaissance par les experts. Notre Brut est également réputé et salué pour sa constance. La discrétion de notre Maison la rend aussi quelque peu intrigante. Elle éveille la curiosité et le désir de la découvrir.

Envisagez-vous alors de la mettre davantage en avant ?

Le Champagne a une vocation exportatrice qui n'a pas été dans les priorités de notre Maison jusqu'à présent. Nous avons fait le choix de rehausser et d'affirmer la qualité. Cela nous a permis d'être la Maison qui a eu l'essor le plus important ces quinze dernières années. Nous avons triplé notre production. Nous sommes passés de 600 000 à 2 millions de bouteilles par an. Ce qui nous donne un très beau potentiel de développement à l'export, que nous allons cultiver, à notre rythme.

Allez-vous le faire en musique?

Vous faites allusion au Trio Deutz. Ce sont trois musiciens du London Symphony Orchestra, qui ont voulu rendre hommage à leur Champagne favori en appelant ainsi leur trio. Cette complicité réciproque nous permet d'organiser régulièrement des concerts privés et d'être co-producteurs de leurs enregistrements. Nous avons d'ailleurs plusieurs projets pour l'année prochaine. C'est un partenariat original, mais sensé, car les concordances sont multiples entre le Champagne et la musique. On parle de notes, de style. Les concertos d’Haendel et de Debussy répondent parfaitement à la légèreté du Chardonnay, tandis que les Polonaises de Chopin riment à merveille avec le Pinot Noir.

Côté cuvées quels sont vos projets?

Jusqu'à présent, nous n'avions pas de vins de vinothèque. Or, je suis un fanatique de vieux Champagnes. J'ai eu la chance d'acheter à titre personnel une cave de 6 000 bouteilles datant de 1920, qui sont des merveilles à la dégustation. Nous avons donc commencé à garder des quantités significatives de bouteilles pour les générations à venir. Il faut penser pour les dix, quinze ans à venir.

 

> Découvrez la gamme

 

Catherine Jazdzewski © AdC – L’Agence de Contenu

Ce message n'apparaîtra qu'une seule fois. Nous vous prions de bien vouloir prendre le temps de le lire.
Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et votre expérience d'achat. En utilisant notre site, vous acceptez notre politique de cookies. En savoir plus
OK