Bulles singulières, la Maison Ruinart par David Shrigley
Actualités & Nouveautés

Bulles singulières, la Maison Ruinart par David Shrigley

Après Liu Bolin (2018) et Vik Muniz (2019), en 2020, Ruinart invite l’artiste britannique David Shrigley a apposer sa vision singulière sur une Maison qui ne l’est pas moins. Dans le cadre de sa réinterprétation artistique intitulée Unconventional Bubbles / Bulles SingulièresDavid Shrigley nous fait redécouvrir la Maison Ruinart avec un humour décalé et sans concession. Son art apporte un éclairage nouveau sur le vignoble, le patrimoine et le savoir-faire de la Maison.

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

En Champagne, il a parcouru le vignoble, exploré les caves, noté chaque expression entendue ou geste aperçu. Ses œuvres viennent étudier avec curiosité les us et coutumes des travailleurs de la vigne, œnologues et autres collaborateurs des champagnes Ruinart. Le regard affuté, il étudie avec curiosité les secrets bien gardés de la création du champagne.

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

« Lorsque l’on décide de faire une œuvre sur le thème de la fabrication du champagne : il faut visiter plusieurs fois la région champenoise ; il faut échanger avec les professionnels en les écoutant attentivement, puis visiter les crayères, les vignes et les installations de production ; il faut apprendre à déguster du champagne. » explique David Shrigley.

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

 

Les oeuvres

À travers ses oeuvres (36 dessins et gouaches, 3 néons, 2 céramiques et 1 porte), David Shrigley nous entraîne dans un parcours didactique sur l’élaboration des vins de Champagne. Il nous propose un parcours à la fois bienveillant et singulier, provoquant des conversations surprenantes entre la nature et les étapes de l’élaboration du vin.

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

Il nous sensibilise par la même occasion aux enjeux environnementaux qui animent au quotidien la Maison Ruinart. La série de 36 dessins noirs et blancs ou colorés, soulignent l’importance du savoir-faire, de la transmission mais aussi du respect dû à la nature.

« Quand je fais un dessin, je le considère toujours comme un acte d’association. Il s’agit de trouver des liens entre des choses qui existent déjà. »

 

Les œuvres de David Shrigley ont été dévoilées à Paris en mars 2020, avant d’être exposées dans 37 foires d’art contemporain dans le monde. Elles seront exposées au public en France lors des foires FIAC, du 22 au 25 octobre 2020, et PARIS PHOTO, du 12 au 15 novembre 2020.

 

Jéroboam en édition limitée, objet de collection

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

Bulles singulières, la Maison Ruinart vue par David Shrigley

Dans le cadre de sa réinterprétation artistique, David Shrigley a conçu une œuvre en édition limitée pour servir d’écrin à un jéroboam de Blanc de Blancs, l’emblème du goût Ruinart. Ce coffret est une édition limitée à 30 exemplaires, mis en vente au prix de 3500 €.

C’est la première fois qu’un artiste intervient directement sur l’emblématique flacon Ruinart, dont la forme est héritée du 18ème siècle. Objet fonctionnel, le coffret se métamorphose en seau à champagne au moment de la dégustation : sa base peut accueillir de la glace pour rafraîchir les cuvées de la Maison.

Dissimulant le flacon, le motif noir et blanc se pare de bulles rebelles renfermant des affirmations si caractéristiques du travail de David Shrigley. Toutes sont véridiques ! Elles révèlent la face cachée de la production des vins de Champagne, le savoir-faire et la relation à la nature qui l’ont tant marqué lors de ses visites à Reims et dans le vignoble. L’artiste assemble les opposés pour mieux en souligner la complémentarité indispensable dans la réalisation des cuvées de la Maison : le soleil et la pluie, les abeilles et les vers de terre, les humains et les levures, l’air et le sol. Elles se répondent pour former la succession d’actions qui s’associent ensuite dans le flacon.

David Shrigley a décidé d’utiliser un jéroboam en raison de sa capacité de conservation exceptionnelle. Comme le rapport oxygène/volume du vin dans un jéroboam est divisé par quatre par rapport à une bouteille classique, le vin vieillit moins vite et exprime plus de complexité, de fraîcheur et de diversité aromatique. De plus, le champagne en jéroboam développe plus d’arômes de maturation (toast, arômes grillés, amandes grillées), et plus de corps en bouche, ce qui lui donne un caractère plus soyeux. Le potentiel de garde de ces grands formats est également particulièrement bon.

L’édition limitée Jéroboam Blanc de Blancs x David Shrigley est disponible sur demande > Contactez-nous pour toute information.

 

> Retrouvez les champagnes Ruinart sur Champmarket