Culture Champagne

Le Champagne parle le langage des fleurs

Le champagne se découvre de plus en plus d’affinités avec le monde des jardins. Des maisons s’associent aux grandes manifestations centrées sur les plantes. Tandis que l’on peut cultiver chez soi ce jeu subtil des concordances.

Le champagne se prête bien au jeu des correspondances. S’il n’a jamais caché ses liens privilégiés avec l’art et le design, ses attaches avec le jardin sont plus secrètes, moins démonstratives. Mais tout aussi fortes. Le travail d’assemblage des cuvées s’apparente aux efforts des passionnés de plantes pour marier couleurs et senteurs. Et les rosiers ont depuis toujours joué les protecteurs de la vigne. Ils permettaient, en effet, de détecter en amont les risques de maladie des précieux plants. Aujourd’hui, les roses apportent d’abord une touche de couleur dans les coteaux.

Moet & Chandon mécène de « Rendez-vous au Jardin » 

Les maisons de champagne mettent donc de plus en plus en avant leurs affinités avec les fleurs. Moët & Chandon est ainsi l’un des mécènes de la manifestation « Rendez-vous aux jardins » que le ministère de la Culture organise chaque année début juin. A cette occasion, la marque ouvre aussi au public le Parc à la française et l’Orangerie de sa propriété du Trianon à Epernay. Autre exemple de liens entre le champagne et les fleurs, la maison Gardet vient, elle, de demander à l’horticulteur allemand Kordes de créer une rose à l’image de ses champagnes.

La Maison de Champagne Laurent-Perrier, quant à elle, voit depuis longtemps dans le langage du jardin un moyen d’exprimer ses valeurs. Fin mai, elle a fait fleurir des espaces lors de deux moments phares pour les amateurs de verdure. A Londres, au Chelsea Flower Show, le paysagiste italien Luciano Giubbilei s’est inspiré du terroir champenois pour entraîner les visiteurs dans plusieurs expériences sensorielles sur le thème de l’interaction entre la nature et l’homme. Dans son concept, une partie du lieu invite à la méditation et au repos. Un pavillon en bambou, conçu par un architecte japonais, crée un jeu d’ombre et de lumière, chaque panneau tournant sur lui-même avec la brise. Quant aux tons des plantations mêlant brun, bronze et rose pâle, ils évoquent la Cuvée Rosé Laurent-Perrier et une ambiance romantique.

Dégustation de Laurent Perrier au salon « Jardins, jardin »

A Paris, au salon « Jardins, jardin », l’architecte et paysagiste Nicolas Gilsoul a interprété, à travers son art, la façon dont les émotions surgissent lors d’une dégustation de champagne. Dans ce coin de nature revisité, de multiples portes autorisent chacun à décider comment découvrir ce lieu de « réminiscences », le cheminement mis en place permettant de s’extraire du monde extérieur pour un moment de pause. Le chuchotement d’une fontaine ne peut que rappeler le pétillement des bulles alors que l’odorat est chatouillé par une profusion de roses blanches légèrement parfumées. Le prochain rendez-vous pour la marque se fera à l’automne, aux Journées des plantes de Courson où elle décernera un prix récompensant un pépiniériste ou un collectionneur.

Chez soi, chacun peut également recréer ce jeu subtil des concordances. Au champagne que l’on a choisi, on peut chercher à assortir le bouquet que l’on placera sur la table. Avec sa famille ou ses amis, pourquoi ne pas s’amuser à décrire la robe du breuvage selon des teintes de pétales ? Et à se remémorer les jardins de son enfance au moment de la dégustation. Comme il y a une infinité d’accords avec les mets, il y a certainement une multitude d’associations à explorer entre le champagne et les fleurs.

Hélène Amette © AdC – L’Agence de Contenu

Crédit Photo : Nathalie Jouan