La taille des vignes par Nicolas Feuillatte

La taille des vignes par Nicolas Feuillatte - Champmarket

Le vignoble champenois vit au rythme des saisons. Un cycle perpétuel et nécessaire qui assure sa pérennité. La taille constitue le cœur du métier… la taille constitue le cœur du métier de vigneron. Découvrez tout de cette opération capitale. 

La taille des vignes Nicolas Feuillatte - Champmarket

La taille des Vignes par nicolas feuillatte

Première opération après les vendanges, la taille prépare la vigne à la période hivernale. Un acte fondateur qui implique de grandes responsabilités. De sa réussite dépendra la vigueur, la fertilité, la maturité et par-dessus tout, la qualité de la récolte à venir.

Soumise aux aléas climatiques, elle débute en novembre par la pré-taille. Une pause s’opère de mi-décembre à mi-janvier pour respecter le repos hivernal de la plante. Elle reprend avant la Saint-Vincent, courant janvier, pour se terminer fin mars. Durant des centaines d’heures, hommes et femmes s’attellent à couper manuellement les sarments de vigne. Opérant sans cesse des choix, ils façonnent durablement le profil du cep, assurant la quantité de baies suffisante pour la vendange suivante.

Depuis 1941, quatre techniques sont autorisées par l’appellation Champagne. Deux sont obligatoires pour les parcelles Premier Cru et Grand Cru : les tailles “Chablis” et “Cordon de Royat” sont acceptées pour les trois cépages. La taille “Guyot”, qui peut être double ou simple, est permise sur les trois cépages et les crus classés de 80 à 89 %. Très similaire à la précédente, la taille “Vallée de la Marne” est exclusivement dédiée au Meunier.
Reconnue depuis l’Antiquité, la légende voudrait que l’auteur de cette pratique soit un âne affamé. En broutant les sarments, les raisins de la récolte suivante se sont révélés abondants et d’une grande qualité. On raconte que pour remercier ce bienfaiteur, son portrait trônerait sur l’un des portails Nord de la Cathédrale de Reims. Saurez-vous le retrouver ?

taille vignes - Champmarket

Source Nicolas Feuillatte

1