Interviews

Champagne Pommery – Interview de Nathalie VRANKEN – Directrice Générale

«Le flashcode sur les bouteilles est une révolution». Internet, mécénat, écologie… Passionnée d’art contemporain, Nathalie Vranken bouscule les codes du Champagne. Elle est la tête chercheuse d’un groupe coté en Bourse, qui revendique 10 % du marché des Maisons de Champagne, avec une production annuelle de 21 millions de bouteilles.

> Découvrez la gamme de Champagnes Pommery

Champmarket : Quelle est la stratégie de Vranken-Pommery sur Internet ?

Nathalie Vranken : Depuis octobre, toutes les bouteilles sont équipées de flashcode. C’est une vraie révolution. Nos clients qui se connectent via leur smartphone visitent virtuellement les crayères Pommery situées à Reims, suivent des dégustations en vidéos et découvrent l’exposition d’art contemporain. Le flashcode crée plus de transparence et un nouveau dialogue entre la marque et ses consommateurs. Voici l’outil du XXIème siècle.

Vous vous proclamez avec humour « reine du pot de yaourt peint ». Que signifie être mécène ?

Etre mécène, c’est s’inscrire dans la continuité. Il n’est pas question de caprices, ou de coups d’éclat. Nos engagements sont liés à de fortes convictions. Il est logique que Pommery s’associe à l’art contemporain, car c’est une marque à l’avant-garde.

Malgré la crise, tous nos engagements seront maintenus en 2012. Vranken-Pommery restera partenaire des musées Beaubourg de Paris et Metz, du Festival de Ramatuelle, des métiers d’art… La prochaine exposition d’art contemporain prévue en septembre célèbrera les 30 ans des Frac, les fonds régionaux d’art contemporain.

Quel est l’intérêt pour la marque ?

Le mécénat ne permet pas des retours sur investissement précis et mesurables. Mais la notoriété de Pommery est croissante. Environ 100 000 visiteurs découvrent l’exposition au domaine. Cela fait partie des sept plus grandes expositions privées d’art contemporain en France.

Louise Pommery a marqué la Champagne de son influence. Quelle est votre vision de la parité homme-femme ?

Louise Pommery était hors normes. Elle a bâti une Maison capable d’exporter son Champagne dans le monde entier. La place des femmes est légitime à tous les postes et dans tous les secteurs d’activités. En octobre, je participerai à nouveau au Women’s Forum à Deauville, où des femmes du monde entier viennent échanger leur expérience. Les Occidentales doivent témoigner de leur évolution.

Quelle est votre perception du développement durable ?

En 2009, nous avons lancé Pop Earth, le premier Champagne « éco-citoyen ». Le raisin est cultivé selon les principes de la viticulture raisonnée. La bouteille est allégée en verre, l’étiquette en papier recyclé, l’encre sans solvant, la capsule biodégradable, et le bouchon en liège provient de chênes protégés. Enfin, nous prohibons l’emballage. Pop Earth est apprécié des grandes chaînes hôtelières comme Barrière. Il fait partie des sept meilleures ventes du groupe.

Que souhaitez-vous pour l’année 2012 ?

Plus de sérénité dans le monde.

Comment dégustez-vous le Champagne ?

A chaque moment de partage et de convivialité.. Le Champagne permet d’inventer ces moments d’échanges.

Propos recueillis par Lucie Saunier © AdC – L’Agence de Contenu